samedi 20 août 2016

Appelons un chat... un chat

Feng Shui et Feng Shui ou les pièges du langage


Feng Shui tibétain, occidental, traditionnel, authentique, classique, chinois... il y a tant d'appellations qui circulent et qui prétendent désigner le Feng Shui que finalement on y perdrait son Nord (à moins que ce soit le Sud ?)...

En fait, il semble bien qu'il règne dans l'emploi de tous ces termes un mic-mac indescriptible, et ce y compris chez les praticiens sérieux. C'est une tendance très actuelle de sacrifier la précision, l'emploi du terme propre étant plus, apparemment, qu'une lubie des professeurs de français du siècle dernier.

Aujourd'hui, de plus en plus de termes sont dévoyés, déconnectés de leur sens premier pour satisfaire à la mode, à moins que ce soit à la facilité. Dans cette époque où les trucs et les machins servent à désigner n'importe quoi, je constate avec effarement à quel point le langage courant s'appauvrit, au point que selon certaines études universitaires, le langage utilisé par un nombre croissant de personnes se limite à quelques 500 mots, descendant jusqu'à 300 pour les candidats aux émissions de téléréalité. Soit en fait le vocabulaire d'un berger allemand.

Le langage à néanmoins pour fonction de s'attacher à la description du réel, avec toujours plus d'exactitude, la compréhension de la nature des choses étand directement dépendante de l'expression de ces choses.

Revenons au Feng Shui...

L'usage inapproprié des appellations induit forcément les gens en erreur, et ils ne sont pas rares ceux qui pensent que le terme qu'ils emploient décrit exactement les méthodes qu'ils pratiquent ou étudient. Sans prétention aucune, il me semble utile d'y mettre un peu d'ordre.

D'emblée, je mettrais les qualificatifs "occidental", "tibétain" mais aussi "de la forme", "des trois portes", dans la catégorie des fausses pratiques ne méritant pas notre attention ici. De nos jours il suffit hélas d'un adjectif pour tromper les masses.

Le Feng Shui chinois : c'est presque un pléonasme, le Feng Shui étant par définition un vocable chinois, une discipline chinoise ancestrale, etc. Et qu'on se le dise, il n'existe aucune trace historique d'un Feng Shui ailleurs q'en Chine. Si d'autres méthodes y ressemblent, ou si certaines personnes veulent y trouver une ressemblance, il suffit de les appeler par leur nom véritable.

Le Feng Shui classique : si nous avons tendance à traduire "classique" par "commun, ordinaire, connu de tous", ce Feng Shui là est celui qui se base sur les "Classiques", c'est à dire les ouvrages écrits par les Maîtres du passé et qui sont en quelque sorte des références en la matière.

Le Feng Shui traditionnel : il se définit comme relié à une Tradition. Ceci englobe la définition précédente, car les Classiques font partie de cette Tradition millénaire, mais dépasse celle-ci en ce sens qu'une partie des Arts du Tao dont fait partie le Feng Shui s'est transmise et se transmet encore de nos jours par la voie orale, de Maître à Disciple.

Le Feng Shui authentique : c'est celui qui englobe la Tradition mais qui permet, par une prudente ouverture d'esprit, de continuer à se développer dans la réalité de son temps tout en préservant avec soin une rigoureuse cohérence avec les enseignements des Maîtres du passé.

Si ces différentes nuances semblent légères, subtiles même, elles n'en sont pas moins importantes.
Quant à savoir quel est le meilleur Feng Shui (entre classique, traditionnel ou authentique) ou quelle est la meilleure méthode, ceci n'est que querelle de cour de récréation...





Dans un prochain article, nous aborderons certains aspects importants liés à la formation Feng Shui
avec une attention particulière pour les cours de Feng Shui à distance

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire